Il y avait la carte orange et la carte bleue, voilà qu'hier matin, je reçois la Carte Blanche. Le laissez-passer du Musée d'Orsay ! Chacun ses petits cadeaux ! De toute façon, j'aurai tout testé au M'O. Visiteur classique, laissez-passer de l'ANPE avec passage prioritaire...par la librairie (un sacré privilège à l'époque), le même laissez-passer sans passage prioritaire, plein tarif et maintenant le Carte Blanche !
Je venais enfin voir les expos temporaires de mon musée préféré. Celui où j'ai bien dû venir une soixantaine de fois ! Les gardiens n'ont même pas réclamé ma carte à l'entrée C. Pour les gens culottés, c'est un coup à tenter en cas de queue interminable...

Commencé par le scandinave de service Jans Ferdinand Willumsen. Aprés les toiles contemplatives et superbes d'Hammershoi et les peintures de l'homosexuel Jansson (j'avais alors compris pourquoi les femmes trouvaient désagréables d'être prises comme objet sexuel. Là, les roles étaient inversés !), voilà Willumsen un peintre danois ni trop ni pas assez.
Rien d'original ou de transcendant mais plutôt agréable.

Cela commençait par des bretonnes. Le peintre vivait à Paris en 1888.


La soupe du soir (à gauche) directement inspiré du Greco était impressionnante :  
Puis une salle intéressante avec un beau Soleil sur les Montagnes du Sud (à droite)
Trouvé très fort les deux tableaux Après la tempête 1 et 2 :

Il y avait aussi une salle de photographies. Notamment des hommes ou des femmes sur des plages. Un tirage à l'albumine d'époque, incroyable tellement on aurait pu prendre les clichés pour des encres ou des aquarelles !

L'exposition se terminait par des grands formats notamment Jotunheim (un pur chef d'oeuvre...pour le cadre !) et surtout cette jolie toile appelée Enfants se baignant sur la plage de Skaden :

Que conclure ? Une petite découverte sans grand intérêt ?

Jusqu'au 17 Septembre au Musée d'Orsay