Il pleuvait mardi sur la capitale alors j'ai pris le RER pour l'Étoile et suivi les Chemins d'Orients beaucoup plus ensoleillés à l'Espace Mitsukoshi, 3 rue de Tilsitt. Escorté par de longues caravanes de dromadaires, j'ai parcouru l'univers du peintre, Ikuo Hirayama, rescapé d'Hiroshima qui présentait de gigantesques toiles (1m70 de haut pour plusieurs mètres de large).

Le Japon où je suis né et où j'ai grandi est un archipel tout petit mais d'une grande beauté naturelle, riche de diversités au fil des saisons. Que ses montagnes et ses fleurs te touchent, visiteur, j'en serai heureux !
6 € pour visiter les déserts des ruines de Palmyre ou ceux d'Afghanistan, c'était un beau voyage. D'accord, deux étages de dromadaires, ça pouvait lasser !

Mais vite, nous partions pour voir La citadelle de Jaisalmer en Inde, la Mosquée Bleue à la lumière de la lune voilée, la route de la Soie et surtout méditer devant "L'intarissable rapide en amont de la rivière Oirase (une oeuvre de 7 m de long !) :

Au deuxième étage, l'extraordinaire Vue à vol d'oiseau de Kyoto et de ses faubourgs à l'ére Heisei (le panneau gauche surtout). Avec sa brume d'or.

L'expo se terminait par une salle de portraits avec en point d'orgue Le Mont Fuji vu de Koizami (préfecture de Yamanashi) au fond comme un dessert de crème glacée. Dans des vitrines, des Carnets de Voyage faits par le peintre en France. Retour à Paris. L'expo dure jusqu'au 28 Juin. Et elle est idéale pour les jours de pluie !