Après avoir lavé son linge sale en famille, Noël Dolla le fait sécher au MacVal. Oeuvre dont la "dimension rhizomatique" n'échappera à personne. "Léger vent de travers" est un travail de mémoire, d'oubli, d'amnésie. Je découvre ainsi que ma mère (disparue) était une grande artiste contemporaine.


Ne pleure pas pour moi, Jeannette.

Supports-Surfaces et sauce tomate... Bonux et compagnie lavera les tâches sur le linge sale.

Et quelques toiles de cul comme cette Origine du Monde (moderne) absolument insoutenable :


Entre romantisme et désespoir (Le Naufrage)

Ce qu'en pense Lunettes Rouges.

Le Musée donne carte blanche à Alain Bublex qui plonge le MacVal dans l'obscurité ; je soupçonne une conspiration de la direction pour économiser l'énergie... De ce fait, j'ai pas vu grand-chose car j'avais oublié ma lampe électrique et me suis fait aveugler par des spots traîtres et engueuler par une gardienne qui voulait pas que je pénètre dans une oeuvre d'art alors qu'un gamin venait de la traverser.

Voir aussi l'article de Lunettes Rouges.

Dans le hall, y avait ça, je sais pas ce que c'était :

Jusqu'au 2 Août pour Dolla et jusqu'au 7 Juin pour Bublex. 4€ l'entrée (mais j'avais mon Pass offert par Cetomak).
Si j'avais été plus courageux, j'aurais pu rester avec une quarantaine d'autres moutons pour la visite en présence de l'artiste mais c'est pas mon truc, les belles explications sur l'art contemporain. J'aime bien en fin de compte "revisiter" les expositions...

Vidéo de Cetomak

Rien à voir (qui sait ?) ; j'ai vu les jambes de la Femme  Bleue ;-)