Après les femmes et les fleurs du Parc Floral dimanche, je suis allé voir les "Beautés Divines" (sic) à l'Espace Mitsukoshi, hier et c'était comme un jardin... mais avec la clim' et ce n'était pas négligeable avec cette précanicule ! Un bien belle expo de MORITA Rieko, peintresse japonaise qui n'a pas révolutionné le genre puisque c'est de la peinture traditionnelle Nihon-ga mais c'est ravissant et... rafraîchissant ! J'avais laissé mon sac au vestiaire et je n'avais évidemment pas pris mon manteau donc je n'avais rien pour noter (quel blog critic d'art, je fais !). Commencé par le rez-de-chaussée avec de longs paravents éblouissants, notamment ces chrisanthèmes colorés :

Ciel clair d'automne (extrait)

Au premier, un magnifique paravent avec d'un coté de superbes feuilles d'érable rouges et de l'autre un pin très vert (mais je ne l'ai pas trouvé sur le Net). Puis dans la seconde salle, des portes coulissantes représentant les quatre saisons (provenant du Pavillon d'Or de Kyôto !) et au début de la troisième des éventails.

Ohzenji Persimmon Tree


Eté :Iris d’eau. Peinture sur porte coulissante en bois de cyprès.

C'est au deuxième étage qu'il y avait vraiment les "beautés divines". Cela débutait par des jeunes filles habillées à la mode kawaï et aussi le Sphinx tendrement érotique mais pas trop, tout comme le beau Paradis dans la seconde salle et le très long panneau sur deux murs représentant une très belle femme et un panorama de Hong Kong. Dans la dernière salle, des femmes en tenue diverse (il y avait même un très chouette "jean") devant des fonds décoratifs stylisés avec un soupçon d'érotisme. Les seins étaient parfois nus mais le corps ne l'était pas (la "Brise de Juin" sublime tout au fond était la toile que j'ai préférée).
 
Kawaii II                                                     Strolling in Starry Sky


Le sphinx


Sparkling Harbour (Lumières sur la baie)

Jusqu'au 18 Jullet. 6€ l'entrée (fermé le dimanche).
Certaines personnes peu informées pourraient se demander le rapport qu'il y a entre une fleur et une femme.  Je m'en tiendrai à cette anecdote de ma "petite nièce" (qui a maintenant 25 ans) qui, lorsqu'elle dessinait des fleurs, étant gamine, faisait souvent des bébés à l'intérieur. CQFD... (sourire)