Le temps ne se prêtait pas à la balade. Il pleuvait dans la banlieue sud-parisienne alors que les toits de la banlieue ouest étaient encore enneigés. Que pouvait pousser un blog critic d'art à se déplacer dans les RER glauques ? Juste les mots de "jardins virtuels" affichés au Musée Maurice Denis de Saint-Germain-en-Laye dans Pariscope. Et des fois, ces lointaines virées métropolitaines réservent de merveilleuses surprises.
Déjà, le Musée fêtant ses 30 ans, l'entrée est gratuite pendant toute la semaine !! (Mais il est vrai que cela ne coûte pas très cher sinon : 4€50). Qui plus est, le nouvel accrochage pour cet anniversaire valait déjà le déplacement. 30 oeuvres maîtresses de la collection mais aussi des inédits. Outre bien sûr, plein de Maurice Denis, on peut voir Gauguin, Bonnard, Valloton, Sérusier, Roussel, Ranson etc. et même un étrange Mondrian de sa prime jeunesse.

Madame Sérusier à l'ombrelle. Paul Sérusier.


Régates à Perros-Guirrec. Maurice Denis.


Extrait du Paravent aux lapins de Pierre Bonnard


Le mystère catholique. Maurice Denis.


Extraits de La Fontaine de Jouvence. Ker Xavier Roussel


Le printemps dans la forêt. Maurice Denis.


La plage au bonnet rouge. Maurice Denis.

Et puis, et puis, il y avait quatre installations numériques "De la nature symbolique aux jardins virtuels" de Miguel Chevalier à travers les salles du Musée. Pour commencer par ses waterlilies virtuels sur le sol de la seconde salle consacrée à la légende de Saint-Hubert. MAGNIFIQUE !! Un coté art déco qui s'intégrait parfaitement aux oeuvres des nabis. Moi, j'ai adoré. L"installation Sur-natures était même légèrement interactive, m'a-t-il semblé, les fleurs virtuelles se déplaçant selon votre passage comme si vous étiez une ombre du vent. Et les fleurs fractales étaient totalement magiques..


De la nature symbolique aux jardins virtuels (M. Chevalier)  envoyé par dandylan.

Un coup de coeur artistique qui m'a réchauffé l'âme !
Profitez-en, ça dure jusqu'au 27 Février 2011.