Comme il n'y pas grand-chose d'ouvert le lundi (mis à part le Louvre et Beaubourg certes), je me suis dit qu'il serait temps d'aller voir Artemisia au Musée Maillol. Lunettes Rouges en avait fait un très bon billet sans pour autant esquiver la critique très juste. Bôf ! C'était bien, ai-je pensé après avoir vu l'exposition. Violée, la peintresse a peint un tas de Judith égorgeant Holopherne... Mais de belles Bethsabée au bain, de Suzanne et les Vieillards et autres très jolies Vierges à l'enfant. Très bien sans pour autant m'accrocher.

 

Monté alors sans conviction au deuxième étage pour l'hommage à Wilhelm Uhde collectionneur averti, où le musée avait casé ses Séraphine et ses Bombois. On retrouvait les habituels Camille Bombois comme ceux ci-dessous que le musée trimballe au fil des pièces selon les expos du moment :
 

Mais je ne connaissais pas certaines oeuvres (ou ne m'en souvenais pas). Huit toiles seulement mais de sublimes "peintures de cul" (comme on dit photos de cul). Okay ! Bombois a aussi peint des paysages mais ce qui attire l'oeil chez ce peintre dit naïf, ce sont ses peintures de femmes très érotisées.  Ah ! Le cul de ce Nu étendu (sourire) :

Comme il était interdit de cliquer, je n'ai malheureusement pas pu garder une trace visuelle des huit tableaux exposés et j'ai eu la flemme impardonnable de ne pas prendre de notes ce qui fait que ma mémoire me fait déjà défaut. Je me souviens vaguement de deux femmes au bain et d'un cul sublimé aux rideaux rouges (???). Farfouillé sur le Net à la recherche de ces tableaux en vain mais j'ai toutefois trouvé d'autres oeuvres similaires qui donnent une bonne approche de ce maître de la peinture de cul (comme l'était aussi Renoir, par exemple) :
 

 

Bombois mériterait que l'on tourne un film sur sa vie comme Séraphine pour le sortir de l'anonymat relatif.