Vous avez repéré une belle expo sur les panneaux du RER :


Vous avez vu un beau reportage sur France 2 et vous imaginez ça comme ça :

Raté ! Vous aurez cela....

Ah ! Vous vous dîtes que vous allez acheter votre billet en ligne : ne vous inquiétez pas, vous ferez aussi la queue à l'intérieur pour entrer dans l'exposition. Mardi matin à 9h55 juste avant l'ouverture, il y avait déjà 40mn de file d'attente !! Et les petites salles intérieures étaient bondées. Bon, ça, c'est le mauvais coté des choses, me direz-vous. Et les oeuvres ? demanderez-vous. Ben, encore fallait-il pouvoir les voir ! Mais valaient-elles le coup ? insisterez-vous. Bah ! on trouve bien mieux au Musée d'Orsay voire à la galerie Schmit.
Après le coté obscur de l'expositon du Musée Marmottan, passons au coté lumineux. Il faut bien lire les articles ou le catalogue pour voir de quoi il s'agit. Ce sont 51 collectionneurs qui ont prêté leurs oeuvres impressionnistes pour l'anniversaire du Musée octogénaire. C'est là qu'on imagine deux braves dames (les deux commissaires d'exposition) parcourir le monde à la recherche des oeuvres. Un "inédit" de Boudin, une toile jamais montrée, une oeuvre rare ; ça, ça m' a fait kiffer grave.
  

L'expo débutait par les précurseurs Corot, Jongkind et bien sûr Boudin pour ensuite raconter l'histoire de l'impressionnisme en 100 chefs d'oeuvre. Moi, j'avais déjà lu plusieurs fois John Rewald et donc je savais la fin de l'histoire. Mais c'était bien quand même notamment la belle série de Renoir, par exemple.

Ou le curieux Cézanne intitulé Scène légendaire ou Sancho dans l'eau de la collection Perez Simon de Mexico.

Beaucoup aimé aussi le grand tableau de Caillebotte : Intérieur, femme à la fenêtre.

LE Monet à voir : Sur les planches de Trouville, hôtel des Roches noires.


Un autre Monet très intimiste : Blanche Hoschedé peignant avec sa soeur Suzanne au bord de l'eau.

Mais surtout les Berthe Morisot dont une Jeune femme et un enfant dans l'herbe (ou un truc comme ça) : 

Ou la Jeune fille à la potiche :

L'expo finissait par cette grande et belle toile de Monet : Hémérocalles au bord de l'eau.

Alors faut-il aller voir l'expo ou pas ? concluerez-vous. Vous faîtes comme vous voulez mais n'oubliez pas de passer au premier étage car le musée est le plus grand fonds mondial d'oeuvres de Berthe Morisot. On y trouve une vingtaine de toiles et aussi quinze aquarelles de la Fondation Rouart ainsi que le portrait de Berthe par Manet et rien que pour revoir ça, ça vaut le coup.
Entrée 10€. Jusqu'au 6 juillet 2014.