Le Roller Derby des filles, c'est un peu le rubgy au féminin. Comme le foot pour les nanas, les hommes n'y comprennent pas grand-chose. Il est vrai qu'il vaut mieux lire les règles avant ! Mais on peut y faire de bonnes photos... C'était dimanche à Ris-Orangis, un match viril mais correct !

Patins aux pieds, ces jolies jeunes femmes se transforment en Princesse Bitch, Dédé Struction, Léti Thanos ou Be Good Haine. « Les surnoms, c'est obligatoire. Après, c'est plus ou moins poétique », sourit Stéphanie, leader des Psyko'Quads, la première équipe de roller derby de l'Essonne. « Moi, c'est Sam U. Je porte le numéro 15. Car quand j'entre sur le terrain, il vaut mieux appeler les secours ! » clame-t-elle.

La suite sur Le Parisien.