Il y a les expos parisiennes et il y a les expos provinciales. Celles-ci n'ont rien à envier à celles-là. Après Modigliani au LAM puis Boudin au MuMA, me voilà au Musée des Beaux-Arts de Rouen pour Scènes de la vie impressionniste : Monet, Renoir,Degas, Manet, Gauguin, Callebotte, Cézanne, Bonnard, Pissarro... Excusez du peu (ils sont quand même idiots d'avoir oublié Berthe Morisot sur certaines affiches... Je note que sur le site et le catalogue, il y a son nom tout de même) dans le cadre de la grande manif artistique Tous impressionnistes. Une fabuleuse expo encore une fois avec une centaine d'oeuvres superbes venues de Paris et du monde entier.
Seul mauvais point : les photos y étaient interdites. Certes, il y a les droits sauf que les toiles du Musée d'Orsay sont photographiables et que j'ai trouvé beaucoup de repros sur Wikimédia... Ils auraient mieux fait de mettre un picto Interdit de photographier pour certaines oeuvres comme ça se fait maintenant. Tant pis ! je dis tant pis car le Beaux-Arts consacré à l'expo ne parle pas de l'expo et ne donne aucune idée de l'accrochage.
 

Donc l'idée de l'exposition de Rouen, c'était de shunter les paysages impressionnistes pour nous montrer les portraits intimes des peintres. Une bonne idée, ma foi. A l'entrée, on trouvait le grand tableau de Louise Abbema dit Le déjeuner dans la serre (Pau).

Puis la première grande salle avec Cézanne et le Portrait de Victor Chocquet (Colombus) :

Et l'étonnant Autoportrait de Gauguin (Fort Worth). Jeune et presque serein !!

Bien sûr, on ne pouvait éviter le merveilleuse Berthe Morisot peint par Manet. Claude Monet peint par Renoir (Washington). L'Autoportrait au chapeau de paille de Cézanne (MoMA). Ambroise Vollard au foulard rouge de Renoir (Petit Palais). Autant dire que l'expo commençait fort !!!
Mais cela allait aller crescendo. Notamment avec tous les Renoir de l'exposition. Dont une première série en quatuor dans la seconde salle. Déjà pour ça, vous pouvez venir à Rouen (10€ les Prems pour Rouen de Saint-Laz').
Femme à l'ombrelle et enfant (Boston)
Lise au châle blanc (Dallas). J'adore ce tableau que je n'avais vu qu'en reproduction.
Portrait de Nini Lopez (MuMA)
Femme à la rose - Marguerite Legrand (Remagen)

Mais dans la troisième salle, je suis tombé en arrêt devant un tableau d'Otttawa : Claude et Renée (la nourrice de Coco). Seul le Berceau de Berthe Mosisot m'a paru aussi intime et maternel. Vous remarquerez que je ne mets pas les toiles parisiennes trop connues, c'est voulu même si elles sont tout aussi superbes que les autres. Cette mère à l'enfant m'a très ému. C'est sûrement aussi sublime que les Vierges à l'enfant des siècles précédents.

Bien aimé aussi le portrait mélancolique de La fille de l'artiste par Pissarro (New Haven).

Je ne vous montre pas tout, il y a des catalogues pour ça (sourire). Un Bonnard un peu incongru ici : Misia Godeska et Thadée Natanson (Bruxelles), des beaux Gauguin et aussi UN Van Gogh avec cette Femme au berceau - Portrait de Léonie Rose du Van Gogh Museum.

Dans la dernière petite salle de la première partie, deux liseuses. Celle de Caillebotte Intérieur- Femme lisant (Coll. part. Paris).

Et Jeune fille lisant une lettre d'otto Scholderer (Scweinfurt)

Traversé la cour intérieure pour la seconde partie qui commençait par une salle Jeune et Julie (sic) consacrée à la fille de Berthe Morisot. Là, encore des Renoir en veux-tu en voilà. Revu le beau tableau Eugène Manet et sa fille au jardin de Berthe Morisot (Coll. part.)

Et le portrait de Julie Manet par Renoir (Marmottan) qui jouxtait La jeune fille au lévrier (ou Julie Manet et Laërte) par Berthe Morisot du musée Marmottan aussi.

Une légère rampe descendait vers Une loge aux italiens d'Eva Gonzalès (Musée d'Orsay). Une salle consacrée au thèâtre.

Avec peut-être le plus petit tableau du monde 9 cm sur 7 cm (sourire) : La lecture du rôle de Renoir toujours et encore (Reims). Le reproduction sur Wikimédia est au moins quatre fois plus grande que l'original !!!

Plein de belles choses dans cette salle. Ai retrouvé la sublime Woman in a Loge toute rose de Mary Cassatt (Philadelphie). Une revue prétendait qu'on la voyait pour la première fois en France mais il me semble l'avoir vue au Musée d'Orsay.

Puis une salle plus intime avec notamment La Manucure de Vuillard (Zurich).

Et surtout ce Au lit d'un dénommé Federico Zandomeneghi (Florence), le pendant plus réaliste de La Sieste de Bonnard ! (sourire). Beaucoup aimé cette toile aussi, évidemment.

Allez encore un petit et grand Renoir avec Christine Lerolle brodant (Colombus).

Puis une petite salle de photos de famille. Trouvé ça un peu dommage de voir que finalement, les impressionnistes sont des gens comme les autres. Même Berthe est assez quelconque devant son tableau...
 

Une dernière salle avec l'Hommage à Cézanne de Maurice Denis (Musée d'Orsay) pour ponctuer l'exposition avec quelques sculptures.

J'espère vous avoir donné envie d'aller voir l'exposition ou à défaut, de vous avoir fait partager mon enthousiasme pour ceux qui ne pourront pas y aller.
Entrée : 11€. Jusqu'au 26 Septembrre 2016.