Parti de bonne heure hier pour éviter la queue possible au Grand Palais. Une belle exposition sur le Mexique m'y attendait. Peut-être pas les oeuvres que je préfère en art mais plein de découvertes même si certains tableaux frisaient l'art naïf. Des oeuvres de la période 1900-1950. Je zapperai Frida Kahlo et Rivera car il y avait d'autres choses à voir (okay, d'abord eux mais pas qu'eux).
Noté ainsi dix tableaux et une scultpure.
Commençons par cette oeuvre surprenante dite et bien nommée La Femme et le Pantin d'Angel Zarraga :

Ou cette Footballeuse certes pas très glamour mais étonnante du même Zarraga.

Allez quand même une toile de Diego Rivera pour vous faire plaisir ; pas la plus connue. Un doux Portrait d'Angelina Beloff.

Découverte de la peintresse Nahui Olin, ici, un Autoportrait en étudiante à Paris genre expressionnisme allemand à la sauce mexicaine.

Ma bonté vous présente un second Rivera, La Rivière Juchitan, une magnifique fresque de plusieurs mètres de long dont le panoramique a été fait par mes soins (secret de fabrication non inclus). SUPERBE !

Beaucoup aimé cette Marchande de Fruits très colorée, signée Olga Costa.

A l'étage, troublé par ce Portrait (énigmatique) de Maria Asunsolo descendant l'escalier de David Alfaro Siqueiros revisitant l'oeuvre de Duchamp.

Encore plus troublé par les yeux de Nahui Olin, encore elle. Ma toile préféré du jour avec La Femme et le Pantin.

Un Autoportrait charmeur de Rosa Rolanda qui a vraiment plein de choses dans la cabeza.

Bon, j'ai dit que je zappais Frida, z'avez qu'à aller voir l'expo...
Trouvé très intéressant les Baigneurs de Jorge Gonzalez Camarena au style très particulier.

Retrouvé une nouvelle fois Nahui Olin cette fois dans les bras d'Agacino. 50 nuances de Gris ? Mais qui est cette Nahui Olin, me direz-vous ? Ben, y a même pas de bio en français sur Wikipédia, c'est vous dire. Elle s'appelait en fait Carmen Mondragon. Une bien jolie plante mexicaine !

Nahui et Agacino face à l'île de Manhattan. (Nahui Olin)

Je terminerai par cette attirante Femme Araignée signée José Horna.

Et Orozco, et Clemente ? Ah ! Ben fallait faire des choix. Et je ne peux que vous inviter à aller voir l'expo.

Articles connexes : La Fée Culturelle, Main Tenant.