Fidéle à ma carte blanche, je suis allé voir la nouvelle expo Bazille au Musée d'Orsay sans rien en attendre, me rappelant la belle salle qui lui est consacrée au Musée Fabre de Montpellier. Ajouté aux toiles du musée d'Orsay, qu'allait-il en rester ?

Musée Fabre 2013.

Revu avec grand plaisir cette très belle Etude de Nu du peintre montpelliérois.

Jusque là, tout me donnait raison sauf qu'arrivé dans la salle un peu à l'écart, je vois d'insolites Monet venant illustrer le sous-titre de l'expo, La jeunesse de l'impressionnisme. Et provenant d'illustres musées internationaux.

Promenade, route de la ferme Saint-Siméon. Tokyo.


Sainte-Adresse. Washington.

Bazille était en bonne compagnie.

Marine à Sainte-Adresse. Atlanta.

Le portrait du peintre du M'O par Renoir dans la première grande salle, entre autres à coté de La tireuse de cartes de Bazille.

C'est alors que tout s'illumine. On en vient à oublier ce brave Bazille et ses jolis tableaux pour découvrir mille et une toiles inattendues. Enfin, une cinquantaine, faut pas exagérer. Dont ce magnifique Corot :

L'atelier de l'artiste. Corot. Washington.

Ou Bazille et Camille, étude pour le Déjeuner sur l'herbe par Monet de la National Gallery of Washington (un des partenaires de l'exposition)

Rerouvé le Renoir vu à Rouen en début d'année. Et d'autres vus à Caen (comme le Port de Lorient de Berthe Morisot de la National Gallery of Washington aussi).

Lise cousant. Renoir. Dallas.

Il y avait bien sûr les nus masculins de Bazille mais ils faisaient pâle figure face à ce monumental Baigneur au Rocher de Cézanne (Norfolk).

Donc plein plein de choses bien. Je finirai quand même par Bazille. Adoré cette Jeune femme aux pivoines (Washington), ma toile préférée du jour.

Entrée : 12€. Jusqu'au 5 Mars 2017. Une expo à voir absolument !
Photos autorisées (sauf certaines toiles)

 Article connexe : Main Tenant.