Une autre expo à voir, celle de Corot au Musée Marmottan. Elle met l'accent sur les portraits et les nus du peintre au-delà des sempiternels paysages.

On retrouve des toiles du Louvre ou de musées français comme la Marietta dite l'Odalisque romaine du Petit Palais.

J'ai préféré, vous pensez bien, les portraits féminins aux moines et autres portraits masculins. Pas mal de liseuses (non électroniques) chez Camille comme cette Liseuse couronnée de fleurs dite la Muse de Virgile (Louvre)

Beaucoup aimé Haydée, jeune femme en costume grec (Louvre) que j'ai redécouverte.

Mais ce sont les nus champêtres qui m'ont emballé. Telle cette Bacchante au bord de la mer du MET (NY)

Mais tombé définitivement sous le charme de cette Bacchante au tambourin dite Le Repos de la National Gallery de Washington. Ma toile préférée du jour.

Une autre liseuse, La Madeleine lisante du Louvre.

Et un de mes portraits les plus admirés du jour, cette délicieuse Zingara au tambour de basque toujours du Louvre.

Un petit détail grivois d'Une matinée, la danse des nymphes du Musée d'Orsay.

Un jeu des 7 différences avec ces deux versions de L'Atelier de l'artiste de la National Gallery de Washington et du Louvre. 

Je concluerai par l'inévitable Joconde de Corot. La femme à la perle étant aussi emblématique que la toile de Leonardo (ou de celle de Vermeer).

Entrée 11€. Jusqu'au 8 Juillet 2018.