Voilà le genre d'expo que l'enfant-adulte que je suis, adore. Cela s'appelle sobrement Artistes et robots et c'est au Grand Palais jusqu''au 9 Juillet 2018. J'étais le premier visiteur samedi pour visiter l'expo. Retrouvé Schöffer ainsi que l'inévitable Tinguely ou Nam June Paik bien entendu. Difficile de montrer les oeuvres souvent cinétiques sans spoiler. Suivi l'expo avec un papa et son fils émerveillé.

Retrouvé le grappin hydraulique d'Arcangelo Sassolino vu au 104, qui donnait du fil à retordre au personnel ! (sourire)

Amusé par le street artiste robotique Senseless Drawing Bot de So Kanno et Takahiro Yamaguchi.

Adoré la pièce à la Sandison de Raquel Kogan (Reflexao #2).

Mais l'oeuvre à voir était l'EXTRAORDINAIRISSIME Grand Hexanet d'Elias Crespin (vu à la M.A.L). Oeuvre mobile hypnotique et magique. Rien que pour ça, vous rentabilisez votre billet d'entrée de 14€.

Retrouvé avec plaisir deux oeuvres de Miguel Chevalier.

Et après avoir traversé les Astana Columns de Michael Hansmeyer, tombé sur les sublimes formes photogéniques (Untitled) de Peter Kogler entre illusions d'optique et mondes parallèles.

Programmé le Propel de Stelarc avant l'installation Portrait on the fly de Laurent Mignonneau et Christa Sommerer qui revisitait la notion de selfie.

Androïde actrice, Orlan robotisé etc. De quoi réfléchir à l'ère des robots.
Je terminerai par ce clin d'oeil adorable des toilettes de l'expo (sourires).