livresocto01  livresocto02  livresocto03  livresocto04

livresocto05  livresocto06  livresocto07  livresocto08

BD - Valerian et Laureline : T0 Les mauvais temps / T1 La cité des eaux mouvantes / Terres en flammes dans l'Intégrale Tome 1 (Christin / Mézières) Médiathèque Simone de Beauvoir

Le Meurtre du Commandeur, livre 2 : La Métaphore se déplace (Haruki Murakami) *
Le Meurtre du Commandeur, livre 1 : Une idée apparaît (Haruki Murakami) *
Le nouvel opus de l'auteur culte  japonais est en deux tomes de 450 pages ! Après l'inégalable 1Q84, l'écrivain retrouve le réalisme magique de Kafka sur le rivage et ses autres chefs-d'oeuvre. Certes après un prologue génial, il va falloir attendre 150 pages pour quitter le réalisme banal du quotidien d'un peintre de portrait de commande raconté par Murakami. Ce début semble plutôt une reflexion sur le processus de création (on pourra penser au film La belle Noiseuse avec Piccoli ou d'autres livres traitant du sujet). Et puis tout d'un coup ou plutôt peu à peu, le peintre entend une clochette dans la nuit et là tout bascule dans l'irréel si cher à Murakami. On retrouve les thèmes du double, du monde parallèle, de la jeune fille associée au personnage principal, de la culture et la musique occidentales (d'ailleurs, un livre des ses conversations sur la musqiue avec Seiji Osawa vient de sortir au même moment) etc. Un très grand livre comme chaque fois !

La boîte de Pandore (Bernard Werber) *
Houlà ! Encore un livre de Werber. Dans la veine du précédent avec ces espèces de réincarnations à travers les âges et ses personnages médiumniques. je me suis méfié : raté ! IL EST TRÈS BON ! Pourquoi ? Je ne sais pas mais de l'avis général, ce livre est un très bon cru. De sa manière un peu superficielle, Werber interroge l'Histoire, voyage dans l'Imaginaire en Atlandide et sans y toucher est un peu beaucoup insidieux.
Ça se lit comme du petit lait.
Seul petit bémol, une fin pas à la hauteur du reste.

Wladyslaw Streminski (livret d'un film de Wajda) proposé par Philippe

Libérées Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale (Titiou Lecoq) *
Le pitch donne le ton :
"Un jour, je me suis demandée  : pourquoi est-ce moi qui ramasse les affaires qui traînent  ? Je n’ai trouvé qu’une seule réponse. Parce que je suis une femme qui vit avec un homme et deux enfants et que, conséquemment, les corvées, c’est pour ma gueule."
Et le début du livre m'a fait grincer des dents, les mâles en prenant pour leur grade.
Mais tout le livre est beaucoup plus mesuré et les femmes actuelles s'y reconnaitront vraiment. De plus,Titiou Lecoq interroge la condition féminine avec une grande justesse et pas mal d'humour.

BD - Valerian et Laureline T21 : L'Ouvre-Temps (Christin / Mézières) **
Le piéton de Paris (Léon-Paul Fargue) *
BD - Valerian et Laureline T20 : L'Ordre des Pierres (Christin / Mézières) **

BD - Valerian et Laureline T19 : Au bord du Grand Rien (Christin / Mézières) **
BD - Valerian et Laureline T18 : Par des temps incertains (Christin / Mézières) **

BD - Valerian et Laureline T17 : L'orphelin des astres (Christin / Mézières) **

BD - Valerian et Laureline T16 : Les otages de l'Ultralum (Christin / Mézières) **
Les insoumis T1 (Alexandra Bracken) * après avoir vu The Darkest Minds
BD - Valerian et Laureline T15 : Les cercles du pouvoir (Christin / Mézières) **
BD - Valerian et Laureline T14 : Les armes vivantes (Christin / Mézières) **
Fabriquer ses accessoires photo - 64 projets bricolés (Mike Hagen) proposé par Cécile

Ma dévotion (Julia Kerninon) *
J'aime beaucoup Julia Kerninon qui ressemble trop à Audrey Tautou. J'avais adoré sa petite bio dans "Une activité remarquable" (la lecture soit-dit enttre parenthèses). Là, j'ai moins accroché à ce couple un peu intello peintre/écrivaine mais le texte est toujours celui d'une première de la classe.
Sélectionné pour le prix roman de la SGDL.

BD - Valerian et Laureline T13: Sur les frontières (Christin / Mézières) **

BD - Valerian et Laureline T12: Les foudres d'Hypsis (Christin / Mézières) **

BD - Valerian et Laureline T11: Les spectres d'Inverloch (Christin / Mézières) **
BD - Valerian et Laureline T10 : Brooklyn Station terminus cosmos (Christin / Mézières) **
BD - Valerian et Laureline T09 : Métro Châtelet direction Cassiopée (Christin / Mézières) **

Les bracassées (Marie Sabine Roger) * pour la soirée de la Rentrée Littéraire 2018.
Petit coup de coeur de la rentrée. L'histoire de ces deux fracassées (une grosse vieille agoraphobe et une jeune déglingos atteint de la maladie de Gilles de La Tourette) n'est pas forcément facile à lire au début tellement on est plongé dans leur esprit tordu. C'est rempli  de gros mots, de cris, de pensées négatives... Pourtant il est impossible de ne pas s'attacher à ces deux personnages et on les quitte avec regrets et beaucoup d'émotion.

BD - Valerian et Laureline T08 : Les Héros de l'équinoxe
 (Christin / Mézières) **
Le visage nuptial / Retour amont (René Char / illustrations de Giacometti) en devanture à la médiathèque Simone de Beauvoir

Le bal des ardentes (Ghislain Gilberti) *
La vérité sort de la bouche du cheval (Meriem Alaoui) * Rentrée littéraire 2018
Relu la nouvelle : Les granges brûlées (Haruki Murakami) * après avoir vu Burning au ciné.
Enfin le royaume (François Cheng) en devanture à la médiathèque Simone de Beauvoir
BD - Valerian et Laureline T07 : Sur les terres truquées (Christin / Mézières) **

Chien-loup (Serge Joncour) * pour la soirée de la Rentrée Littéraire 2018.
Récit en deux temps comme c'est la mode actuellement (Dicker, Musso etc.). L'un actuel d'un producteur sur le retour dont sa femme, ancienne actrice, le pousse à prendre des vacances dans la pampa française (Les Causses du Quercy), un lieu non connecté sans WiFi et sans réseau (même pas une barrette) et l'autre au même endroit pendant la première guerre mondiale. Malgré de nombreuses répétitions (seul défaut du livre), Joncour joue avec nos nerfs pour nous faire peur sans qu'il n'y ait rien qui nous y pousse vraiment. Description acerbe de notre monde contemporain et une réflexion qui  vaut ce qu'elle vaut sur la déconnexion.
"L'un des meilleurs romans de la rentrée." d'après Les Echos. Peut-être pas mais en tout cas, un très bon roman.