Plutôt qu'un Joyeux Noël trop connoté par ma hiérarchie (sourire jaune), je vous offre 10 paysages vus cette année. Pas forcément mes meilleures photos ou mes plus beaux fonds d'écran. Ceux où j'ai eu une grande émotion. Je commencerai par cette photo faite à Trouville devant un joli ciel bleu et rose. Me souviens plus trop de l'instant où je l'ai prise. Elle est même mal cadrée. Ce n'est que devant mon écran que j'ai eu les larmes aux yeux devant cet enfant regardant cet oiseau. Je ne saurais dire ce que cela évoque pour moi. En tout cas, c'est ma photo préférée !

Petite croisière dans le port du Havre. Beaucoup d'émotion devant le Musée Malraux et la sculpture d'Adam vus de la mer. Un lieu emblématique personnelle.

Là, c'est du archi-vu pourtant, ben si, c'est chaque fois la même magie qui opère quand Paris s'illumine peu à peu et devient le cliché éculé de la Ville Lumière. Vue du haut de la Tour Montparnasse, un lieu qui pousse à la plénitude de l'esprit.

Un long périple ferroviaire pour arriver jusqu'à Annecy. Un éboulement avant la ville sur les voies ferrées avait obligé la SNCF à nous faire un grand détour par Annemasse. Mais la vue enneigée entre Annemase et Annecy, pour un citadin comme moi, c'était presque miraculeux.

Okay ! Celui-ci est un peu connoté quand même. Tout comme la Tour Montparnasse, la vue cette fois sur les volcans d'Auvergne du haut de la cathédrale en pierre de Volvic de Clermont-Ferrand valait son pesant d'or visuel. Jolie sensation là aussi.

La balade sur les remparts de Saint-Malo était un enchantement. Je ne savais où donner des yeux, j'ai choisi cette vue du Fort, une des premières photos faites ce jour-là.

Week-end avec l'association de photos. Un parcours balisé en Baie de Somme. Tout semblait prévu au millimètre par Bernard l'organisateur. Sauf ce concours de cerfs-volants à Cayeux imprévu. Superbe !

Lyon. Je venais visiter le Musée des Confluences. Pourtant j'avais mal au ventre depuis le début de la semaine et j'avais failli annuler mon voyage. Mais toute la journée lyonnaise, je l'ai oublié (sourire). Je garde un grand ravissement dans le soleil couchant de cette passerelle avec cette sculpture émouvante.

Pas loin de chez moi à Grigny. Tous les mois de décembre, je deviens un chasseur de couchers de soleil. Et me prépare à partir pour 16h30 si le ciel est beau avec quelques petits nuages. Cette année, j'ai eu droit ce jour-là à un très beau ciel moutonné.

Bon là, j'étais plongé dans une carte postale idéale à Auxerre !!

2015.