Cela faisait un certain temps que je voulais aller voir Anselm Kiefer à la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin, l'expo avait débuté en février. Finalement, ce n'est que maintenant que je me suis décidé alors que j'avais adoré ses trois expos à la BNF, au Centre Pompidou et au Musée Rodin. La Galerie se situe dans une ancienne chaudronnerie du XIXe siècle.

Bel espace pour de l'art contemporain. Des vitres au plafond pour l'éclairage ambiant (sauf que s'il y a trop de soleil, cela donne des reflets effroyables sur certains tableaux).

Un vingtaine de tableaux et quelques vitrines-sculptures. J'ai pas trop apprécié celles-ci alors que, ce sont souvent le meilleur de Kiefer. Par contre, les toiles étaient terriblement belles. Ce brave Anselm en mémoire d'un philosophe italien Andrea Emo (qui donne son titre à l'expo : Für Andrea Emo), s'était amusé à peindre de beaux paysages (on ne peut que le supposer) pour leur balancer du plomb en fusion dans la tronche. D'où un curieux sentiment en voyant ces tableaux défigurés et quasi-morts. C'était comme une résurrection, une transmigration, une "renaissance" dit le texte.

Au fond de la Moldau se promènent des pierres.


Au fond de la Moldau se promènent des pierres (extrait)


Paysage écorché.


Fleurs du mal (extrait).

Mon oeuvre préférée du jour fut ce paysage qui en restait un :

Fûr Andrea Emo.


Fûr Andrea Emo (extrait).


Esprit au dessus des eaux


Esprit au dessus des eaux (extrait).

Des sculptures, je retiens cette curieuse photo (sourire) d'une vitrine intitulée Les Argonautes.

Jusqu'au 31 Mai 2018. Entrée libre.