Comme chaque année à cette époque, je fais un saut au Festival de créations photographiques de Deauville. C'est toujours très plaisant de vadrouiller dans la ville et de découvrir des photographes souvent inventifs. On trouvera le parcours ici.
Commencé comme d'habitude par la Salle des Fêtes investi cette fois par une installation fort amusante de Vincent Delerm. Trois grandes tables pour s'attabler comme au restau devant ses photos. Deux autres photographes partageaient le lieu avec les clichés de la 25ème heure.

Puis filé à la Chatonnière mon lieu d'expo préféré ! Qui le devient d'autant plus que Liz Hingley la photographe qui y exposait y avait fait ses prises de vue !! Une expo très subtile image/réel que j'ai beaucoup aimée.

A la Promenade Lucien Barrière, les photos souvent poétiques d'un dénommé Yusuf Sevincli. Un peu gâchées par les ombres.

Autre coup de coeur : les photos ensablées d'Isabelle Chapuis dans la Cour du Petit Bassin. Là aussi la photographe réinvestissait le lieu.

Par contre, l'expo habituelle sur la plage m'a paru moins imposante que les précédentes avec ses grands volumes bleus. Là, c'était juste de grands panneaux gris pour montrer les photos de Roger Schall qui m'ont paru assez banales mais significatives de Deauville.

Au Point de Vue, petit changement car on y exposait les Jeunes Talents (d'habitude relégués à la Salle des Fêtes). Des photographes inventifs (quoique certains faisaient penser à Sophie Calle ou Sarah Moon). Pourtant j'ai voté pour le plus sage : Alexandre Chamelat et ses photos high key de la ville assez traditionnelles.

Au Point de vue toujours, là, le choc visuel et les photos extraordinaires d'Isabel Muñoz. Rebaptisé le titre effectif Mi-homme mi-bête en Mi-femme mi-bête (sourire). MAGNIFIQUE !
On regrettera comme d'habitude les reflets dans les sous-verre.

Fait le "Off" l'après-midi. Commencé bien sûr par le Casino ! "Les temps retrouvés" de Camille et Michel Hermant proposaient des mises en scène un peu étranges dans Deauville. Pas mal !

Après le Temple et des photos du Parc Gulbenkian, passé à l'Office de Tourisme pour des clics ras les planches de Véronique Mollero.

Expo annulée au restau l'Essentiel. Dommage pour les parasols de Zing Sou. Passé à la Cerisaie et son arrière-cour bucolique puis par les fenêtres du lycée pour ensuite dénicher au Tennis Club, les belles photos géométriques de Kevin Louviot exposées au mur du petit restau le Tie Break.

Quatre posters seulement à la Piscine pour les bulles extraordinaires de Dominik Rimbault, il aurait mérité plus d'espace.

Entrée libre et gratuite. Jusqu'au 25 Novembre 2018.
A voir absolument si vous êtes de passage et passionné(e) de photos.